La veille pour promouvoir le Made in France

La veille pour promouvoir le made in france

L’Usine Nouvelle dévoile les résultats de l’étude Tendances Achat des grandes entreprises françaises pour 2014 réalisée par AgileBuyer et le Groupement Achats HEC. Il apparaît notamment que la réduction des coûts reste la priorité fixée à la majorité des services Achats des entreprises et que seules 13% des entreprises interrogées ont fixé des objectifs en terme de « Made In France ». D’autres résultats fournis par cette étude mettent en avant la place que devraient occuper les informations dans les processus de décision des services Achats.

Il serait improductif de reprocher aux entreprises de privilégier la rentabilité au patriotisme économique, même si une bonne dose de fordisme social ne pourrait d’après moi qu’améliorer la situation économique de la France et des Français.

Puisqu’il n’est pas question de ne pas prendre en compte la compétitivité des offres, la question qui se pose concerne les moyens de conjuguer performance économique et responsabilité sociétale et environnementale (RSE). Il faut pour cela pouvoir comparer les offres dans leur globalité, et non uniquement en recherchant systématiquement le fournisseur le moins-disant.
Ainsi, en plus du prix d’achat brut, il faut chercher à connaître le coût de la mise en œuvre, de la maintenance, des éventuelles évolutions, prendre connaissance du ratio lié aux frais de transport et de son évolution potentielle (mode de livraison, carburant, législation…), être informé de futures législations susceptibles de rendre un produit ou une méthode « hors la loi », se tenir au courant des choix de la concurrence, de l’évolution des politiques salariales et sociales dans les pays fournisseurs, etc.

Pour certains produits manufacturés à faible valeur ajoutée, le renchérissement des coûts de main d’œuvre et du transport mettra encore un certain temps à « rattraper » le niveau des salaires et de la fiscalité de la France, mais pour d’autres, pour les services et les hautes-technologies par exemple, la faiblesse de l’avantage concurrentiel de la production offshore entraîne d’ores et déjà un mouvement de relocalisation (ici ou ici).

Ainsi, comme semblent le montrer les premiers retours de l’utilisation de la plateforme colbert 2.0, c’est l’accès à une information fraîche et de qualité qui peut permettre aux entreprises de gagner sur les deux tableaux : réduction des coûts et responsabilité sociétale. Et, soyons un peu chauvin, en qualité également dans certains cas.
Le développement de la veille stratégique dans les services Achats des PME, ETI et grands groupes ne peut au final qu’être bénéfique à l’ensemble de l’économie.
Sans parler de la niche des consultants et cabinets de veille, activité pour l’heure heureusement encore très peu délocalisée et qui me paraît difficilement délocalisable en raison de l’importance de la maîtrise de la langue et des contextes socio-économiques de chaque entreprise et branche d’activité.

Publicités

Veille de Noël

Il ne vous aura pas échappé que vos proches s’attendent généralement en fin d’année à être couverts de cadeaux. Cette année, malheureusement pour moi, et peut-être pour eux, j’ai eu bien plus de temps que d’argent à consacrer aux cadeaux de Noël, qui sont dans ma famille très importants.

J’ai donc pris le parti d’investir ce que j’avais, du temps donc, plutôt que de contracter un crédit à la consommation pour les fêtes.
Mon choix s’est donc porté sur la création de pages Netvibes dédiées aux centres d’intérêt de mes parents proches, soit papa / maman / sœurs x 2.

Les difficultés que j’ai rencontrées pour paramétrer ces comptes illustrent d’après moi suffisamment les problématiques de la veille pour autrui pour que je décide ici de décrire par le menu la façon dont j’ai procédé.

Afin de garder tout cela secret, j’ai commencé par créer pour chacun un compte gmail, qui m’a permis de valider toutes les étapes d’enregistrement auprès de Netvibes.
Première difficulté : trouver des mots de passe suffisamment forts mais néanmoins mémorisables, étant entendu qu’il n’est que très peu probable qu’ils le changent une fois en possession de leurs identifiants. Il m’a fallu, pour obtenir un mot de passe alliant lettres capitales et minuscules et chiffres, jongler avec leurs voitures, (petits-)enfants, dates de naissance, etc.

Centres d’intérêt de mon père : voitures de sport contemporaines et anciennes, sport automobile, vins, cigares, actualité économique nationale et régionale, fiscalitéF1

L’interface de Netvibes n’as pas été trop dure à personnaliser, beaucoup de fans de Ferrari, Porsche, etc ayant déjà créé des habillages tout à fait corrects.
Concernant l’onglet « des infos sérieuses », il m’a été assez aisé de trouver de la matière : Les Echos (flux général + flux régional ad hoc), Le Figaro (quotidien + Magazine), L’Usine Nouvelle, les canaux F1 de chaînes de télévisions, des blogs dédiés ainsi qu’une chaîne Youtube consacrée aux courses de côte, qu’il a longtemps pratiqué. J’ai après quelques recherches trouvé également des blogs tenus par des passionnés de véhicules de rallyes historiques.
Puisqu’il est également délégué régional d’une confédération patronale, j’ai créé à partir de son compte Gmail une alerte sur le nom de l’organisation en question, de façon à ce qu’il reçoive régulièrement des nouvelles fraîches à ce sujet. En format flux, l’alerte arrive directement dans sa page Netvibes.
J’ai par contre buté sur l’absence de flux RSS sur les blogs proposant des agendas des rassemblements et rallyes de véhicules anciens. Je l’ai donc abonné à quelques newsletters et ai inclus dans sa page un widget lui donnant accès directement à sa boîte Gmail.
Amateur et propriétaire d’un camping-car, j’ai tenté de trouvé des publications en ligne pertinentes, mais aucune ne m’a pleinement satisfait. J’ai donc choisi de lui créer un compte Facebook et de l’abonner par ce biais aux pages des marques et utilisateurs les plus prolifiques.

Les choses sont devenus un peu plus complexes avec l’onglet « …et d’autres moins ».
Pour l’abonner à la lettre d’information de L’Amateur de Cigare, parution de référence dans le secteur qui n’est présente en ligne que par un site vitrine tout à fait symbolique, j’ai à nouveau utilisé l’adresse mail, puisqu’aucun flux n’est proposé.
Ces recherches m’ont d’ailleurs permis de constater qu’il est TRES difficile de trouver des blogs proposant des comptes-rendus de dégustation de cigares, j’imagine que la Loi Evin doit y être pour quelque chose. J’ai fini par en trouver deux ne parlant QUE de cigares haut de gamme, et non de « tout ce qui se fume »…

Malgré cette sacrée Loi Evin, je n’ai par contre pas eu trop de problème pour trouver des blogs de sommeliers…

Les informations sont donc réparties sur deux pages (« sérieuses » et « moins ») sur trois colonnes pour la première et deux colonnes + 1 pied de page pour la seconde.

La principale difficulté en ce qui concerne cette page sera d’y attirer mon père, qui n’a au final que peu d’appétence pour la chose informatique. Puisque je leur ai également « offert » l’initiation, l’assistance et la maintenance, j’ai bon espoir que nous prenions un jour le temps nécessaire. Il devrait en toute logique y être assez sensible puisque, en qualité d’ancien chef d’entreprise, il est familiarisé avec le concept de veille, reste à savoir s’il verra les potentialités d’activités et de loisirs derrière les lignes d’informations…

fleurCentres d’intérêt de ma mère : Égyptologie, jeux vidéos en ligne (!), actualités et points de vue œcuméniques (pour faire simple), la culture, les compositions florales et ikebana, la cuisine, la mode, le jardinage…

Le thème de la page : des fleurs (spring blossom de Netvibes), pas de soucis (sauf si vous avez personnalisé la page Netvibes avant de choisir un thème complet, cela peut alors devenir compliqué…)

Pour la première page, intitulée « le miam de l’esprit » (private joke familiale), j’ai trouvé une revue en ligne du CNRS consacrée à l’égyptologie, ai créé des alertes sur Youtube, Google, Google Blog, WordPress.
La Croix et Le Pelerin m’ont fourni des flux d’informations généralistes, que Le Monde vient compléter.
Un module permettant d’afficher le mur de son compte Facebook lui permet de garder un œil sur l’activité de ses (petits-)enfants sans jongler avec différents onglets.

Pour la seconde page, « Faut aussi un peu éteindre l’ordi parfois », pas de difficultés notables : les blogs et sites consacrés à la cuisine, à la mode et au jardinage sont légion, je me suis contenté d’agglomérer plusieurs flux pour créer un widget unique dédié au jardinage.
La recherche de matière pour la thématique composition florale m’a amené à me débattre avec les moteurs de recherche d’images : j’ai finalement opté pour une recherche Youtube sur Ikebana (art floral japonais) et un module de recherche d’images multiplate-formes : Flickr, Picasa, Photobucket, Instagram.

Nettement plus friande d’informatique (les jeux en ligne !), ma maman m’a dès le 25 décembre demandé de lui montrer le fonctionnement et, à l’heure où j’écris ces lignes, de nouveaux modules ont déjà été ajoutés à sa page sans que j’intervienne.

Centres d’intérêt de ma petite sœur : actualités de l’univers de la pharmacie, cinéma, série TV, décoration, petite enfance, mode, cuisines du monde…bébé
Trouver et arranger une image de Winnie l’Ourson (…) a quasiment été le plus difficile.

Pour la première page (« Une grande fille »), une Google Alerte « Pharmacie » et quelques blogs tenus par des (étudiants-)pĥarmaciens fournissent l’actualité sérieuse et les widgets ou flux de la presse people la matière à ragots et papotage d’officine. Des flux lui fournissent les dernières sorties cinéma de sa ville ainsi que les bons plans de sorties. Et comme chez moi, çà rigole, je ne me suis pas privé : flux du gorafi, de bilboquet magazine, de vie de merde, widget « blague du jour » ainsi que les chaînes Youtube de Simonscat et de failarmy. Le rallye de véhicules historiques se pratiquant chez moi de père en filles, j’ai également recyclé les trouvailles faites pour la page de mon père.
Pour la page « …une femme… », je n’ai eu que l’embarras du choix pour sélectionner les blogs dédiés à la mode, à la décoration et j’ai également pu intégrer un flux proposant des coupons de réduction et opportunités de ventes privées pour des marques moyen/haut de gamme.
La page « …une maman » abrite des flux en provenance de blogs de jeunes mamans, de recettes de cuisines du monde et de gastronomie infantile, de mode pour enfants et d’idées d’activités avec les tout-petits.

plongéeCentres d’intérêt de ma grande sœur : actualités du secteur du BTP, voyages, plongée sous-marine, sorties parisiennes, voitures, décoration, gastronomie, luxe en général…
Le fond « poissons exotiques » donne un effet sympa. je l’ai utilisé pour l’en-tête et le corps de la page.
Les différentes rubriques (« Travailleuse… » ; « …Pilote… » ; « …Maman ») n’ont pas été très difficiles à alimenter, les activités et informations relatives à la vie parisienne sont nombreuses. Idem pour la plongée et la gastronomie…
J’ai également abonné mes deux sœurs à des blogs Flickr proposant des prises de vue qui me semblaient pouvoir leur correspondre.

Voilà pour ce que j’ai pu faire.
Mais le plus important, et sans doute les plus informatif, est ce que je n’ai PAS pu faire comme je l’aurais souhaité.
Comme pas mal de monde, du moins j’imagine, je connais les centres d’intérêt de mes proches. Par contre, à de rares exceptions près, je ne connais pas ou peu leurs goûts. Pour choisir les blogs, j’ai donc examiné la fréquence de publication, les thèmes les plus fréquemment abordés et j’ai également utilisé le listing top-blogs du labs-ebuzzing.fr pour les sujets que je maîtrise le moins.

De la veille familiale à la veille stratégique

La différence centres d’intérêt / goûts pour ma famille est à rapprocher de la différence existant entre une veille généraliste, comme des syndicats patronaux et des fédérations en proposent à leurs adhérents, et une veille stratégique, qui doit répondre aux attentes particulières d’une entreprise et de son dirigeant.
Pour construire une stratégie de veille pertinente, il est ainsi indispensable de la concevoir avec l’intéressé, en tenant compte de ses connaissances, de son matériel, de ses habitudes.
Exemple : ma grande sœur a été voir sa page Netvibes depuis sont iPhone : l’interface est alors totalement différente et certaines de mes personnalisations n’apparaissent donc pas…

Au final, même si j’ai bon espoir que les membres de ma famille accèdent un jour via leur page Netvibes à une information qui leur sera utile et / ou agréable (= valeur ajoutée de la veille) dans leur vie professionnelle ou personnelle, la valeur de mon cadeau réside plus dans ce qu’il dévoile de ma vision d’eux que dans la pertinence des sources réunies. L’outil que je leur propose n’aura une réelle valeur que s’ils s’en emparent et le personnalisent selon leurs goûts.

Un consultant ou un prestataire en veille stratégique ne peut pas inventer une veille pour une tierce personne, celle-ci n’aurait en effet que peu de valeur puisqu’elle serait déconnectée des aspirations de son utilisateur. La phase préalable, audit, diagnostic, maïeutique, est la plus importante, puisqu’il ne s’agit plus ensuite « que » de réunir les informations et de les agglomérer sous une forme aisément compréhensible et accessible. La collecte et l’organisation d’informations nécessitent bien sûr un certain savoir-faire, mais le véritable apport du consultant réside dans les étapes préliminaires, en amenant le dirigeant à formuler sa stratégie et à imaginer / identifier les informations qui peuvent lui être utiles.

%d blogueurs aiment cette page :