Merci à Mounir Rochdi pour sa tribune consacrée à la #veille stratégique

Dans cette Tribune Libre publiée sur le site www.veillemag.com, et intitulée La veille Stratégique : retournons aux fondamentaux s’il vous plait ! Mounir Rochdi propose et explicite une approche simple et pragmatique de ce devrait être pour lui la veille stratégique au service des entreprises et des organisations.

Capture d'écran de la Tribune libre de Mounir Rochdi publiée sur le site http://www.veillemag.com

Capture d’écran de la Tribune libre de Mounir Rochdi publiée sur le site http://www.veillemag.com

Même si, en tant que chercheur d’informations confirmé, je me méfie toujours des intitulés ronflants et des accumulations de titres, il est parfois rassurant de constater que les compétences les plus pointues n’empêchent pas leur détenteur d’être également doté d’un pragmatisme et d’un sens du concret tout à fait satisfaisant.

Mounir Rochdi est Docteur en Veilles et Intelligence Compétitive et Consultant International en Intelligence Economique pour le Centre du Commerce International (ITC), une agence associant l’OMC et l’ONU pour faciliter le développement des pays les moins avancés via le développement de leurs exportations.
D’un point strictement économique, on peut ne pas partager l’agenda de l’employeur de M.Rochdi, mais concernant son approche de la veille stratégique, j’y souscrit entièrement.

Dans cette tribune, le point qui retient mon attention et qui suscite mon enthousiasme, c’est sa volonté affichée de toujours mettre l’humain, le veilleur comme le décideur, au centre des processus de création de valeur ajoutée par l’accès à une information de qualité. Les sources sont importantes, les outils indispensables, mais c’est bien la culture, la réactivité et l’engagement des humains aux commandes de la veille qui décident de sa nature, de ses utilisations et in fine, de ses performances.

Tout juste me bornerais-je à mettre un bémol concernant le chapitre L’Organisation de sa Tribune : M.Rochdi estime que la veille « ne doit ni la perturber ni la compliquer », alors que j’estime pour ma part que le déploiement d’une stratégie de veille peut parfois, si c’est nécessaire, se traduire également par une remise à plat de l’organigramme pour faciliter et dédramatiser la circulation de l’information.
Mais qui suis-je pour corriger les préconisations par ailleurs parfaites d’un expert de l’ONU ET de l’OMC ?

Pour tout ceux qui s’interrogeraient encore sur le pourquoi, le comment et le qui d’une démarche de veille stratégique, cette tribune est une lecture indispensable et rafraîchissante.

Merci M.Rochdi !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :