Le marché du management de l’information décortiqué : #veille, #data et #réseaux sociaux en hausse…

L’étude publiée par SerdaLab m’aurait été fort utile lorsque je me suis attelé à la réalisation de ma propre étude de marché.

Avec les moyens humains et financiers et suffisamment de temps, il semble logique de pouvoir produire ces chiffres qui confirmeront sans doute le sentiment de beaucoup de professionnels du secteur.

Evolution attendue du CA de 8 secteurs du management de l'information. By http://www.serdalab.com/

Evolution attendue du CA de 8 secteurs du management de l’information. By http://www.serdalab.com/

L’aspect le plus remarquable est pour moi celui qui montre le ralentissement de la dynamique économique de la production de contenus (baisse des CA attendus dans l’audiovisuel, la bibliothèque et la documentation) et que c’est l’hébergement et le traitement de l’information qui seraient désormais les marchés les plus porteurs (hausse des CA attendus pour les spécialités veille, data, réseaux sociaux, dématérialisation).

Peut-on en conclure qu’on y observe l’effet de l’avènement des médias sociaux et des technologies permettant à chacun de produire des contenus rédactionnels et audiovisuels pour un coût marginal proche de zéro ?

Si oui, la question de la collecte et de la qualification d’informations de qualité risque de devenir de plus en plus problématique, sans parler de la nécessaire évolution du modèle économique des médias…

Si non, quelle conclusion en tirer ?

Je suis curieux de connaître vos avis sur cette question…

Source : Infographie : les chiffres clés du marché du management de l’information, évolution et projection sur 2018 | Archimag

Advertisements

À propos Christophe Doré
Consultant et formateur en veille stratégique et communication écrite, j'accompagne les entreprises, associations et collectivités dans la résolution de leurs problématiques d'émission et de réception d'informations : rédaction, recherche, analyse, diffusion de données utiles à leur fonctionnement.

2 Responses to Le marché du management de l’information décortiqué : #veille, #data et #réseaux sociaux en hausse…

  1. BEAU says:

    Ce qui est intéressant, ce sont les évolutions (croissance mesurée entre 2013 et 2014 selon SerdaLab).
    À la hausse, les moyens virtuels relatifs aux nouvelles technologies de l’information, dématérialisation et gestion numérique de contenus, réseaux sociaux, veille, data, ainsi que l’archivage dont la croissance est directement liée au besoin de mémoriser des contenus numériques de plus en plus nombreux. À la baisse, en revanche, l’audiovisuel, la documentation et les bibliothèques, autrement dit, les gisements d’information traditionnels, des plus anciens (biblio) aux plus modernes (audiovisuel), que nous qualifierons, par opposition, de « formels ». Si l’on met à part l’audiovisuel qui est plus un secteur de création ou de production que de stricte médiation comme les sept autres, on constate un recul des moyens traditionnels de capitalisation et d’organisation des connaissances au profit des données (+7) et des réseaux (+4,5) numériques, ou de la veille (+3) pour tenter d’en extraire des informations, tandis que la gestion de contenus numériques (+2,3), tout comme l’archivage (+2), ne progressent que modérément. Le phénomène numérique implique une forte domination de la donnée sur la connaissance qui n’est pas sans conséquences sur notre relation à l’information, préférant un savoir immédiat et éphémère à une connaissance construite et durable. Le besoin incontournable de mémoire persiste néanmoins, mais c’est dans sa version la moins moderne (l’archivage) qu’il subsiste et continue certes à progresser, mais faiblement (+2). L’organisation des connaissances en environnement numérique et la conception de mémoires collectives en réseau deviennent de véritables défis sociétaux, souhaitons qu’ils puissent constituer la principale source de croissance pour les décennies à venir.

    • Je vous remercie pour votre commentaire et me réjouis de retrouver dans vos propos certaines de mes propres pensées.
      Je partage tout particulièrement votre avis concernant « le phénomène numérique [qui] implique une forte domination de la donnée sur la connaissance ». Cependant, comme je l’explique dans mon article « la donnée, particule élémentaire de l’information », je pense que la prédominance émergente des données ne correspond en fait qu’à une nouvelle façon de construire la connaissance, à partir de l’analyse personnelle et collective des données. Si les utilisateurs apprennent à comprendre ce que sont les données (collecte, qualification, tri, hiérarchisation…), ce sera sans doute un progrès en terme d’objectivité. Dans le cas contraire, les informations cruciales resteront encore pour pas mal de temps aux mains des « sachants », qui ne seront certes pas nécessairement les mêmes que ceux de l’ère médiatique antérieure, mais qui reproduiront à n’en pas douter les travers que nous avons connu / connaissons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :