La veille et l’analyse pour susciter l’innovation : une mise en pratique

Le graphique Hype Cycle for Emerging Technologies établi régulièrement le groupe de conseil en technologie Gartner recense les technologies émergentes, leurs degrés de maturité et l’échéance à laquelle les entreprises et le grand public peuvent s’attendre à les voir devenir des réalités quotidiennes.

Gartner's Hype Cycle for Emerging Technologies

Gartner’s Hype Cycle for Emerging Technologies

Accéder à cette courbe dès sa publication n’est en rien une prouesse de veilleur, tant elle est rapidement et efficacement diffusée, au moins dans les cercles qui sont directement intéressés. Sa popularité est telle qu’on peut d’ailleurs légitimement s’interroger sur l’influence qu’elle exerce sur les phénomènes qu’elle est sensée exclusivement mettre en lumière.

Si j’associe la veille à la démarche qui suit, c’est que pour obtenir ce graphique, les équipes de Gartner ont nécessairement mis en place une veille poussée, couvrant à la fois les aspects technologiques et économiques, mais également l’évolution des usages des acheteurs et / ou des utilisateurs potentiels.

J’ai régulièrement mis en avant les bénéfices d’une veille pour susciter et accélérer l’innovation dans une entreprise, collectivité ou association. Cette courbe est un outil idéal pour détailler un moyen d’utiliser les résultats d’une veille comme point de départ d’une démarche créative et innovante.

Partons donc du principe que les résultats de la veille ont été traités et synthétisés de façon à obtenir une telle courbe, sachant que les outils de datavisualisation permettant d’obtenir un résultat de ce type sont désormais aussi faciles à trouver qu’à utiliser.

Comment utiliser ces informations pour formuler, valider ou invalider une orientation stratégique ?

Décomposer l’expérience client en étapes successives

La démarche compte plusieurs étapes.

La première consiste à décomposer son offre de produits ou de services en étapes distinctes et irréductibles, en prenant soin d’élargir l’analyse de son offre aux étapes qui précèdent, accompagnent et suivent le moment de sa « consommation ».

La diversité appelle des choix

La diversité appelle des choix

Pour un produit alimentaire, cela peut donc ressembler à ceci :

  • préparation de la liste des courses ;
  • oubli de la liste des courses sur la table de la cuisine ;
  • choix du point de vente ;
  • trajet jusqu’au point de vente ;
  • déambulation dans les rayons / travées ;
  • recherche du rayon / stand adéquat ;
  • consultation des offres analogues ou alternatives ;
  • choix ;
  • questionnement sur la quantité ad hoc ;
  • passage en caisse ;
  • retour au domicile ;
  • rangement et organisation des provisions ;
  • envie de consommer le produit ;
  • choix de l’accord avec un autre produit ;
  • préparation ;
  • service ;
  • consommation ;
  • commentaires plus ou moins désobligeants sur la pertinence du produit et de sa préparation ;
  • débarrassage, collecte et élimination des déchets (restes et emballages) ;
  • vaisselle ;
  • digestion.

Même si j’ai volontairement exagéré le détail, on peut tout de même considérer qu’une amélioration dans au moins une des étapes listées ci-dessus améliorera l’expérience du client et rendra le produit plus désirable à ses yeux. La diversité des tâches attachées à l’achat et à la consommation d’un produit aussi banal qu’un aliment montre également la diversité des cibles à considérer : celui / ceux qui réclament un produit (prescripteurs), ceux qui l’achètent (acheteurs), ceux qui le préparent (utilisateurs) et ceux qui le consomment (consommateurs). Même dans les ménages les plus traditionalistes, il y a fort à parier que les différentes catégories ne se recoupent pas complètement. La seconde étape consiste donc à lister toutes les parties impliquées dans l’achat, en utilisant pourquoi pas la technique des personas, qui est loin d’être idéale, mais qui peut cependant permettre de susciter des rapprochements intéressants.

Dans le cas qui nous intéresse, nous pourrions aboutir à ce résultat :

  • Enfants de 3 à 12 ans, prescripteurs et consommateurs : joueurs, insouciants, gourmands de sucrés et de produits standardisés, friands de publicité et d’audiovisuel (…) ;
  • Ados de 12 à 19 ans, prescripteurs, utilisateurs et consommateurs : sensibles au regard des autres, digital natives, soucieux de leur allure, tiraillés entre le régressif rappelant l’enfance, le transgressif de la rébellion adolescente et le passage à l’âge adulte, friands de jeux vidéos, de séries télés et de marques (…) ;
  • Adultes, prescripteurs, acheteurs, utilisateurs et consommateurs : soucieux du rapport qualité / prix, des apports nutritionnels, sensibles aux arguments de simplicité et de gains de temps, utilisateurs pragmatiques ou ludiques des nouvelles technologies (…) ;
  • Seniors, prescripteurs, acheteurs, utilisateurs et consommateurs : soucieux du rapport qualité / prix, utilisateurs pragmatiques ou ludiques des NTIC (…)

    Une famille : des prescripteurs, des acheteurs, des utilisateurs et des consommateurs...

    Une famille : des prescripteurs, des acheteurs, des utilisateurs et des consommateurs…

Tout parent sait par ailleurs qu’il n’est que rarement consommateur de l’intégralité des produits prescrits par des plus jeunes, remarque qui peux également s’appliquer aux prescriptions émanant des ascendants.

Confronter chaque binôme étape / cible aux technologies disponibles

L’étape suivante pourrait consister à étudier sur quelles étapes une modification de l’offre pourrait avoir un impact positif, mais il me semble qu’une telle démarche n’aboutirait qu’à limiter le champs d’investigation et ainsi à réduire les possibilités d’innovation.

Une fois ces deux listes établies, il s’agit de revenir aux résultats de la veille, en l’occurrence synthétisés sous forme d’une courbe.
Pour éviter de rater les prochaines évolutions, décidons d’étudier les technologies émergentes par ordre probable d’apparition effective sur le marché :

  • en quoi l’impression 3D peut-elle faciliter / améliorer l’expérience consistant à rédiger la liste de courses pour les adultes ? pour les senior ?
  • en quoi peut-elle résoudre le problème de l’oubli de la liste de courses pour les adultes ? les seniors ?
  • etc.

Pour chaque étape, chaque catégorie de cibles et chaque technologie émergente, il s’agit donc d’imaginer les applications possibles, envisageables et les bénéfices qui pourraient en être éventuellement tirées, à la fois pour l’entreprise et le consommateur.
Si le rapprochement de l’alimentaire, question concrète entre toutes, et de technologies émergentes peut sembler baroque, certaines innovations découlant d’une telle démarche existent déjà :

  • liste des courses + internet des objets = réfrigérateur répertoriant les produits achetés, consommés / périmés et qui génère une alerte pour signaler qu’il est temps de se réapprovisionner ;
  • envie de consommer + impression 3D = impression de pizzas pour astronautes et explorateurs de mars ;
  • choix de l’accord avec un autre produit + assistants personnel virtuels : services en ligne générant des recettes à partir de ce qui est disponible…

En abordant systématiquement tous les systèmes étapes / cibles / technologies, et en acceptant de laisser parler son imagination au risque de se ridiculiser, il est ainsi possible de détecter des pistes intéressantes. Il reste ensuite à décider si elles sont souhaitables, acceptables, rentables, à définir une stratégie pour atteindre l’objectif qui sous-tend l’innovation détectée et à la mettre en œuvre.

Et ça, c’est une autre histoire.

 

Advertisements

À propos Christophe Doré
Consultant et formateur en veille stratégique et communication écrite, j'accompagne les entreprises, associations et collectivités dans la résolution de leurs problématiques d'émission et de réception d'informations : rédaction, recherche, analyse, diffusion de données utiles à leur fonctionnement.

2 Responses to La veille et l’analyse pour susciter l’innovation : une mise en pratique

  1. Ping : La #veille et l’analyse pour susciter l&r...

  2. Ping : #Veille et #Innovation : l’atelier de la #Veilleacademy Sindup | Doré Conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :