Les informations n’ont que la valeur qu’on en tire

Même lorsqu’il ressort des publications vieilles de plus d’une dizaine d’années, le blog Euresis, sous la plume de Pierre-Yves Debliquy, est un fournisseur d’informations et d’analyses de qualité de tout premier ordre. Dans ce billet intitulé L’information stratégique n’est jamais stratégique par essence, l’auteur expose en quelques lignes une vérité pourtant difficile à formuler simplement. Je ne vais pas m’appliquer à réécrire ce qui y est parfaitement exposé.

Capture d'écran du blog Euresis

Capture d’écran du blog Euresis

La conséquence de cette prise de conscience impose aux formateurs et consultants comme moi de s’interroger sur les moyens de sensibiliser les entreprises à cette acception du concept d’informations. Car si nous vantons les attraits et les bénéfices d’un accès optimisé à l’information, il est également primordial de qualifier précisément la nature de l’information valorisable. L’information, la connaissance, la « data » sont des matières premières bien différentes de celles que manipulent quotidiennement la majorité des entreprises : leur valeur, et éventuellement leur coût d’acquisition, sont totalement décoréllés de la valeur ajoutée qu’elles sont en mesure de générer pour l’organisation. Comme la veille, qui n’est au final qu’une posture face à la recherche et à la collecte d’informations, l’information n’a pas de valeur intrinsèque. C’est l’utilisation qui en sera faite qui peut, ou non, générer de la valeur ajoutée. Il s’agit d’un intrant qui alimente la productivité, l’intelligence, l’inventivité des collaborateurs qui s’en nourrissent. Ainsi, une même information entraînera des (non-)réactions très diverses selon le public auquel elle est adressée.

L’information n’a qu’une valeur d’usage

Alors que d’une quantité définie de matière première matérielle découle mécaniquement la production d’une quantité donnée de produits transformés, la quantité d’informations permettant une optimisation de l’organisation d’une entreprise ne peut être définie. Parfois le déclic surgit avec le premier rapport de veille, parfois il intervient après plusieurs mois, et parfois il n’intervient jamais.

Plusieurs causes à ce constat :

  • le flux d’information n’est ni linéaire ni cyclique : il ne repasse pas les plats et l’information non recherchée qui aurait pu déclencher quelque chose dans le cerveau d’une personne peut ne jamais réapparaître sous la forme propice à la prise de conscience.
  • les récepteurs de l’information doivent adopter une posture mêlant curiosité, rigueur et rêverie : il s’agit de comprendre l’information, d’en évaluer le parcours, les conséquences sur l’amont, l’aval, l’utilisateur final des produits cités et des produits ou services proposés par l’entreprise, de décliner les processus liés à sa création, sa production, sa commercialisation et ses usages pour les mettre en scène dans des situations propres à l’entreprise, etc.

Le cœur du problème serait donc d’apprendre à utiliser l’information. Mais même ainsi, une partie de la question reste obscure : il faut également, et avant tout, définir ce qu’est une information. A l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, le réflexe est d’aller l’y chercher, ce qui est une bonne chose si l’on considère la quantité de données qui peut y être trouvée gratuitement. Mais selon le principe qu’on ne trouve sur internet que ce qu’on n’y cherche, et même si des procédures permettent dans une certaine mesure de pallier cette faiblesse, il est également très important d’adopter la posture du déceleur d’informations dans la vraie vie.

Apprendre à produire ses informations

Internet has Moved by https://www.flickr.com/photos/choffee/ licence Creative Commons https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/

Internet has Moved by choffee / licence CC share + adapt

Une rue peut être une véritable mine d’informations non-formulées : tenues des passant(e)s, utilisation d’appareils mobiles, panneaux d’affichage, vitrines, journaux et titres des journaux les plus lus, déchets, pratiques urbaines en vogue, sociologie des abribus, etc. Le chimiste y constatera l’épaisseur des semelles compensées, l’éditeur d’applications mobiles l’impatience des voyageurs attendant leur bus, le graphiste les tendances de la communication visuelle, l’imprimeur la faible durée de vie des journaux gratuits…

Rapprochée des compétences et des connaissances de chacun de ces professionnels, l’information qu’ils ont détectée dans leur environnement donne ensuite lieu à une interrogation pouvant, ou non, aboutir à la modification d’un produit, à la création d’une nouvelle offre, à un nouveau positionnement ou à une diversification.
L’entreprise 2.0, si souvent décrite comme le passage obligé pour une relance du développement économique, n’est au final pas une résultante automatique de l’informatisation et de la connexion des entreprises. Elle ne peut surgir que de la collaboration de citoyens 2.0, qui ne se contentent donc plus de recevoir passivement de l’information, mais qui sont capables de produire, agglomérer, synthétiser, transformer les données pour les mettre au service de leurs projets. Cette posture peut s’apprendre, mais elle ne saurait se décréter. Elle implique un perpétuel travail cérébral en sous-tâche qui n’est possible que lorsqu’un collaborateur adhère absolument à une stratégie qu’il connaît, comprends et promeut.

Ainsi, pour être capable d’exploiter les informations, il faut également être capable d’en produire, et pour que les collaborateurs soient performants à ce petit jeu, il faut qu’ils en aient envie.

Advertisements

À propos Christophe Doré
Consultant et formateur en veille stratégique et communication écrite, j'accompagne les entreprises, associations et collectivités dans la résolution de leurs problématiques d'émission et de réception d'informations : rédaction, recherche, analyse, diffusion de données utiles à leur fonctionnement.

One Response to Les informations n’ont que la valeur qu’on en tire

  1. Ping : Les informations n'ont que la valeur qu'on en t...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :