L’IE en pleine lumière

L'Express : les PME se mettent à l'intelligence économiqueLe magazine L’Express a publié le 23 mai 2014 sur son site un article intitulé Les PME se mettent à l’intelligence économique qui met en lumière le développement des pratiques de l’IE dans les petites et moyennes entreprises françaises.
On ne peut que se réjouir qu’un magazine grand public tel que celui là s’empare de cette question.
Le propos de l’auteur est de souligner un début de prise de conscience pour ce qui touche à la sécurisation des données stratégiques. Sophie Larivet nous apprend notamment que 15 à 20% des PME françaises seraient engagées dans une démarche d’intelligence économique, qui se résumerait pour 40% de celles-ci à instaurer une veille.
Ces chiffres, s’ils sont exacts, ce que je n’ai pour ma part pas les moyens de vérifier, me semblent plutôt enthousiasmants si l’on considère la faible connaissance des usages de l’IE dans les cercles d’entrepreneurs lambda. La diffusion des bonnes pratiques pour la sécurisation des données découle d’après moi du développement global de la veille : une fois qu’un entrepreneur a trouvé grâce à sa veille des informations qui lui ont apporté un réel avantage concurrentiel, il est de facto sensibilisé au caractère potentiellement stratégique de l’information. Il est donc prêt à investir pour protéger ses informations, afin qu’elles ne soient pas disponible pour un concurrent qui les transformerait ainsi à son tour en avantage concurrentiel pour SON entreprise.

La veille, porte d’entrée idéale dans l’IE

L’ensemble de l’article est bien structuré puisque, quoi que relativement court, il aborde le problème de la faiblesse de la pensée stratégique dans les entreprises françaises et propose une approche intéressante de la question du ROI de l’IE, avec notamment le verbatim d’un cadre de la SNCF : « La sûreté ? C’est un centre de coût évité »

Département Sécurité Économique de l'INHESJSi j’estime pour ma part qu’une veille stratégique ne devrait être réalisée qu’en interne, justement en raison de son caractère stratégique, une piste intéressante pour limiter les coûts est avancée : la mutualisation des frais d’abonnement aux bases de données les plus coûteuses (Diane, INPI…). Autant la mutualisation de la veille est quasiment un contre-sens, autant cette approche peut s’avérer pertinente, avec quelques précautions d’usage.
Enfin, je suis particulièrement satisfait de lire des propos tels que « la formation de cadres à ces questions reste insuffisante malgré une « amélioration » de l’offre ces dernières années » ou encore « Il faudrait que l’ensemble des entreprises concernées –grandes entreprises ou PME– aient au moins une personne en charge de ces questions », dans la bouche d’Éric Delbecque, chef du département Sécurité économique de l’INHESJ.

Publicités

À propos Christophe Doré
Consultant et formateur en veille stratégique et communication écrite, j'accompagne les entreprises, associations et collectivités dans la résolution de leurs problématiques d'émission et de réception d'informations : rédaction, recherche, analyse, diffusion de données utiles à leur fonctionnement.

One Response to L’IE en pleine lumière

  1. Ping: L'#IE en pleine lumière | Recherche d'in...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :