La veille pour promouvoir le Made in France

La veille pour promouvoir le made in france

L’Usine Nouvelle dévoile les résultats de l’étude Tendances Achat des grandes entreprises françaises pour 2014 réalisée par AgileBuyer et le Groupement Achats HEC. Il apparaît notamment que la réduction des coûts reste la priorité fixée à la majorité des services Achats des entreprises et que seules 13% des entreprises interrogées ont fixé des objectifs en terme de « Made In France ». D’autres résultats fournis par cette étude mettent en avant la place que devraient occuper les informations dans les processus de décision des services Achats.

Il serait improductif de reprocher aux entreprises de privilégier la rentabilité au patriotisme économique, même si une bonne dose de fordisme social ne pourrait d’après moi qu’améliorer la situation économique de la France et des Français.

Puisqu’il n’est pas question de ne pas prendre en compte la compétitivité des offres, la question qui se pose concerne les moyens de conjuguer performance économique et responsabilité sociétale et environnementale (RSE). Il faut pour cela pouvoir comparer les offres dans leur globalité, et non uniquement en recherchant systématiquement le fournisseur le moins-disant.
Ainsi, en plus du prix d’achat brut, il faut chercher à connaître le coût de la mise en œuvre, de la maintenance, des éventuelles évolutions, prendre connaissance du ratio lié aux frais de transport et de son évolution potentielle (mode de livraison, carburant, législation…), être informé de futures législations susceptibles de rendre un produit ou une méthode « hors la loi », se tenir au courant des choix de la concurrence, de l’évolution des politiques salariales et sociales dans les pays fournisseurs, etc.

Pour certains produits manufacturés à faible valeur ajoutée, le renchérissement des coûts de main d’œuvre et du transport mettra encore un certain temps à « rattraper » le niveau des salaires et de la fiscalité de la France, mais pour d’autres, pour les services et les hautes-technologies par exemple, la faiblesse de l’avantage concurrentiel de la production offshore entraîne d’ores et déjà un mouvement de relocalisation (ici ou ici).

Ainsi, comme semblent le montrer les premiers retours de l’utilisation de la plateforme colbert 2.0, c’est l’accès à une information fraîche et de qualité qui peut permettre aux entreprises de gagner sur les deux tableaux : réduction des coûts et responsabilité sociétale. Et, soyons un peu chauvin, en qualité également dans certains cas.
Le développement de la veille stratégique dans les services Achats des PME, ETI et grands groupes ne peut au final qu’être bénéfique à l’ensemble de l’économie.
Sans parler de la niche des consultants et cabinets de veille, activité pour l’heure heureusement encore très peu délocalisée et qui me paraît difficilement délocalisable en raison de l’importance de la maîtrise de la langue et des contextes socio-économiques de chaque entreprise et branche d’activité.

Publicités

À propos Christophe Doré
Consultant et formateur en veille stratégique et communication écrite, j'accompagne les entreprises, associations et collectivités dans la résolution de leurs problématiques d'émission et de réception d'informations : rédaction, recherche, analyse, diffusion de données utiles à leur fonctionnement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :